FSU 89

Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Instances officielles > CDEN > Le CDEN confirme une politique éducative hors-sol

Le CDEN confirme une politique éducative hors-sol

mardi 16 mars 2021, par FSU89

CDEN

Ce 12 mars en présence du préfet de l’Yonne, le DASEN a présenté aux membres du CDEN les moyens dédiés à la prochaine rentrée scolaire.
Comme lors des importantes mobilisations qui ont précédé cette instance, la FSU et l’ensemble des organisations syndicales ont à nouveau dénoncé et voté contre cette politique du toujours moins et cela en pleine crise sanitaire !

Alors que le contexte n’y est pas favorable, deux mobilisations importantes ont eu lieu devant la DSDEN pour dénoncer les moyens envisagés pour préparer la rentrée scolaire prochaine !
Enseignant.es, parents, élu.es, retraité.es ...bref des citoyens soucieux de défendre le service public d’Education !
Car ce sont des suppressions annoncées, comme si la pandémie n’avait eu aucune conséquence sur les apprentissages des élèves, n’avait pas creusé les inégalités, pas épuisé les équipes ni dégradé les conditions de travail de l’ensemble des personnels. L’éducation nationale est donc écartée du fameux,quoiqu’il en coûte.
Ce CDEN a confirmé que cette politique éducative allait également impacter fortement les écoles, collèges et lycées de notre département.

Premier degré


Carte scolaire premier degré
(fermeture de Cheny annulée)
Dans le premier degré, la fin des PMQC est symbolique d’une politique éducative qui se soucie avant tout de fermer ces postes sans se poser la question de l’intérêt de ses dispositifs pourtant plébiscités par les équipes. Quant à l’argument souvent avancé de la baisse des effectifs, même réelle, est un argument paradoxal pour un gouvernement qui met sans cesse en avant les effectifs réduits comme un des paramètres de la réussite des élèves. D’ailleurs la suppression d’heures aux structures SEGPA, dont les effectifs sont constants vient confirmer que l’objectif principal est bien de supprimer des moyens et ce, quoi qu’il en coûte aux élèves, même les plus fragiles.

Ainsi dans l’Yonne quand on est élève, mieux vaut ne pas rencontrer des difficultés : manque de psychologues, de maître E et G...

Second degré

Pour les collèges de l’Yonne, la diminution de la dotation horaire départementale, équivalente à la fermeture d’un collège de taille moyenne dans le département, se traduit par un solde négatif de 19 postes dans l’Yonne. Et comme si cela ne suffisait pas, le nombre croissant d’heures supplémentaires imposées conduit de plus en plus d’enseignants, plus de cent pour la rentrée, à devoir compléter leur service dans d’autres établissements plus ou moins éloignés. Ceci, alors qu’il y a suffisamment d’heures dans leur établissement ! Absurde, mais la logique budgétaire est implacable ! Si de fait ses conditions sont préjudiciables aux enseignants, elles le sont également pour les élèves des qui auront en face d’eux des enseignants moins présents et moins disponibles. Dans certaines disciplines,le risque est également désormais de devoir partager des classes entre deux enseignants au mépris de toute considération pédagogique !
On constate également la multiplication de petits blocs d’heures non pourvus à ce jour dans des disciplines en tension, ce qui laisse craindre des élèves sans professeur à la rentrée prochaine.

Face aux dénis de réalité, face à cette politique du toujours moins, la FSU continue et continuera de lutter contre tous les projets visant à la détruire les services publiques dont celui d’éducation.
Pour que demain pour les élèves, les personnels et l’ensemble des citoyens , le jour d’après soit vraiment meilleur que celui d’avant !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

'