FSU 89

Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > actualités > La FSU réclame la gratuité des masques pour les élèves et les familles

La FSU réclame la gratuité des masques pour les élèves et les familles

mardi 26 mai 2020, par FSU89

actualités

La FSU a interpellé la Rectrice alors que celle-ci s’était émue par voie de presse, des faibles taux de scolarisation, notamment dans les REP. Dans le même temps on demande aux élèves de porter un masque fourni par les familles. la FSU dénonce le fait que les masques soient à la charge des familles et réclame donc leur gratuité !

Ci-dessous le courrier de la FSU à la Rectrice et en lien un courrier adressé au ministre des solidarités et de la santé car de manière générale, la FSU exige que les masques soient distribués gratuitement à l’ensemble de la population. C’est un impératif d’égalité en plus d’être un élément incontournable de la lutte contre la diffusion du virus !

Madame la Rectrice,

Depuis que sont connues les dates et conditions de reprise pour les élèves en fonction des protocoles sanitaires nationaux, la FSU s’est toujours manifestée montrée exigeante pour que cette reprise se fasse dans le cadre sanitaire optimum. La question des masques a, de ce fait , été au cœur des problématiques. Malheureusement, les discours du gouvernement et du Président de la République à ce sujet, ont été des plus contradictoires, créant des incompréhensions dans un climat anxiogène.

Les masques ont d’abord été présentés comme obligatoires dans le second degré pour les élèves et les enseignants, puis seulement pour les enseignants quand la distanciation n’était pas possible (protocole), puis de nouveau rendus obligatoires pour les enseignants par le décret du 11 mai.

La question du port du masque pour les élèves reste des plus complexes : ne le porter que lorsque les distanciations physiques ne sont pas possibles force les élèves à manipuler un masque plusieurs fois par jour. De combien de masques devra alors bénéficier chaque élève ? D’autant plus que tous les élèves transportés devront en avoir un dans les transports en commun qu’ils devront donc changer en cours de matinée au bout de 4 heures.

Or à cette question du nombre de masques à fournir par élève, s’ e sur ajoute la question de la dotation en masques-élèves. Si l’Etat s’est engagé à fournir des masques aux personnels de l’Education nationale, il a encore tenu des discours contradictoires pour les dotations en faveur des élèves : le décret stipule que les masq ues doivent être fournis par les familles, alors que dans leurs discours, des membres du gouvernement ont dit l’inverse, à savoir qu’ils seraient fournis aux familles.

La FSU est consternée tant par ces discours contradictoires antinomiques que par le fait qu’il ne soit pas envisagé de doter les élèves en masques, ce qui contraindrait sans forcer les familles à engager des frais supplémentaires pour scolariser leurs enfants. Cette accumulation de dysfonctionnements au plus haut niveau de l’Etat désoriente les familles et s’oppose au travail de terrain que font les enseignant. es et les équipes de direction pour ramener les élèves dans la voie de la scolarisation en présentiel.

Quelques jours après la reprise du premier degré, où l’on voit que les chiffres de scolarisation ne sont pas bons, surtout en REP, la FSU dénonce le fait que les masques soient à la charge des familles. Comment espérer que des familles de milieux modestes ou défavorisés pourront puissent payer de deux à quatre masques par jour à leur enfant, ou à leurs enfants dans le cas de fratries. Dans les REP, cela cette contraint financière risque même d’être un frein à la scolarisation. Alors que de nombreuses familles sont déjà hésitantes sur le retour par crainte d’une possible contamination , leur annoncer qu’il faut acheter des masques pour tous les enfants de plus 11 ans risque bien d’être le coup de grâce.

A 95 centimes le masque jetable en pharmacie, en approvisionnement limité dans les supermarchés (masque à 50 centimes pièce mais uniquement pour ceux qui ont la carte du magasin et par 10 maximum), ou à 7 euros le masque lavable, ces achats obligatoires seront dissuasifs car ils représentent des sommes très importantes pour les familles (de l’ordre d’une cinquantaine d’euros par enfant voire plus en cas de masques jetables).

Vous vous êtes émue par voie de presse, madame la Rectrice, de ces faibles taux de scolarisation, notamment dans les REP : ces faibles taux ne sont pas le fait des enseignants mais d’une peur du virus et d’une mauvaise communication du gouvernement, voire de certains dysfonctionnements au sein de certaines collectivités. Si les parents ne sont pas certains des garanties sanitaires pour leurs enfants, ils ne les remettront pas à l’école, or ces mêmes parents connaissent bien leurs écoles et notamment l’état souvent déplorable des sanitaires.

Quand une mairie a laissé les sanitaires de ses écoles se délabrer, comment peut-on demander aux parents d’accorder leur confiance en prétextant une garantie du protocole sanitaire ?

Quand les municipalités ne sont pas en mesure - et on ne saurait leur jeter la pierre- d’employer du personnel supplémentaire pour assurer les désinfections bi-quotidiennes exigibles (sanitaires, tables, chaises, interrupteurs et poignées de portes)

Quand on ne peut pas garantir à des élèves un approvisionnement gratuit en masques, comment peut-on espérer qu’ils reviennent au collège ?

Face à ces questionnements, la FSU réaffirme sa demande d’une gratuité des masques pour les élèves et vous demande d’intervenir auprès du Ministère pour obtenir des réponses claires et qui vont dans le sens d’une aide efficiente à la scolarisation de tous les élèves, notamment les plus fragiles socialement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

'