FSU 89

Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Société > Gilets jaunes

Gilets jaunes

mardi 20 novembre 2018, par Arnaud Munsch

Société

Le mouvement des « gilets jaunes » interpelle la FSU 89 à plus d’un titre. D’abord, certains constats sont partagés par notre syndicat et dénoncés depuis très longtemps comme en témoignent les différents mouvements sociaux depuis l’arrivée de Macron au pouvoir : une politique en faveur des riches (gel du point d’indice des fonctionnaires, hausse de la CSG pour les retraités alors que dans le même temps, on supprime l’ISF). Les inégalités n’ont jamais été aussi grandes dans ce pays.

La hausse de différentes taxes et en particulier celle du prix de l’essence, est donc la goutte d’eau pour des millions de français ayant de plus en plus de mal à boucler les fins de mois. L’argument écologique du gouvernement de « désintoxiquer les français du tout pétrole » ne peut pas être recevable. Pourquoi ? Parce que cette addiction catastrophique au pétrole n’est que le résultat d’une politique économique et d’un (non) aménagement du territoire depuis des décennies :
L’Etat a incité les gens à acheter des voitures diesel
L’Etat a fermé et ferme encore des services publics désertifiant les territoires ruraux.
L’Etat ne réagit pas à la hausse des prix des logements dans les centres- ville obligeant la population à se péri urbaniser et à utiliser sa voiture.
C’est l’Etat qui ferme des lignes de train et qui n’investit pas assez dans les différents modes de transport en commun (y compris dans les zones rurales) ou dans le ferroutage.

C’est l’Etat qui laisse construire d’immenses zones commerciales qui vident les villes et qui font la part belle aux voitures.
S’amuser ? Voiture. Travailler ? Voiture. Acheter ? Voiture…
Non l’Etat ne peut pas se faire passer pour un gouvernement écologique. La récente démission de Nicolas Hulot et les différents renoncements du gouvernement nous le prouvent (glyphosate, extraction minière en Guyane…)
La hausse des prix des carburants impacte aussi nos métiers : les différentes fermetures de services entraînent mécaniquement l’augmentation des déplacements en voiture et donc une baisse du pouvoir d’achat.
La FSU 89 souhaite un changement de nos modes de vie allant vers une société écologique (sa participation au collectif « marche pour le climat » l’atteste). Elle s’accorde sur le fait qu’il faut donc des mesures fortes mais s’oppose à des mesures injustes.

La FSU 89 ne veut pas « récupérer » le mouvement mais s’inquiète que cette colère soit captée par des mouvements populistes d’extrême droite n’ayant rien à proposer, ni d’un point de vue écologique, ni d’un point de vue social.
La colère ne redescendra pas sans réponse claire et sans changement de paradigme : les syndicats sont porteurs d’un projet de transformation sociale et luttent au quotidien pour l’amélioration des conditions des salariés.

La FSU et ses 160 000 adhérents ont des choses à dire pour trouver des solutions qui ne pourront être que collectives.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

'