FSU 89

Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Instances officielles > CDEN > CTSD, CDEN et future audience

CTSD, CDEN et future audience

dimanche 20 novembre 2016, par FSU89

CDEN

Le CTSD et le CDEN se sont tenus les 15 et 17 novembre et avaient pour l’objet le bilan de la rentrée.
La FSU en a profité pour interpeller l’administration et les élus et en premier lieu, a réaffirmé sa ferme opposition au projet de fermeture du collège Bienvenu Martin, dernier collège en REP d’Auxerre.

Une fois de plus la FSU a regretté l’absence du Préfet au CDEN, pourtant représentant d’un gouvernement qui a placé l’éducation comme objectif prioritaire de son quinquennat.
Dans ses déclarations préalables ci-jointes, la FSU a rappelé que si les chiffres permettaient de nourrir la réflexion ils ne permettaient pas de donner un état du climat scolaire de cette rentrée.

Pour le premier degré, il est important également de rappeler que si cette rentrée a pu techniquement se réaliser c’est grâce au recrutement 125 professeurs des écoles stagiaires ce qui n’est pas sans poser de nombreuses difficultés et notamment dans l’accompagnement de ces derniers.

La mise en place des nouveaux programmes et le Livret Scolaire Unique ont augmenté une charge de travail de travail qui explose, d’ailleurs même une direction institutionnelle comme la DEPP dit que les enseignants sont à 44 heures par semaine. C’est pourquoi notamment le SNUipp-FSU a engagé une campagne sur le temps de travail et demandé la fin des APC.

Concernant la maternelle (dont les nouveaux programmes ont été mis en place l’an dernier), elle se voit à cette rentrée impactée par les mesures de sécurité post attentats particulièrement drastiques dans notre département.
La FSU a interpellé la DASEN lors du CTSD sur ce point et a cru comprendre que cette dernière partageait l’idée que les équipes soient maîtres d’œuvre pour la mise en place dans leurs locaux des mesures de sécurité liées à ce contexte post-attentats.
Pourtant de nombreuses écoles ont au contraire entendu un autre message « interdisant » l’accès de l’école aux parents notamment en maternelle.
L’Inspectrice d’Académie nous a affirmé qu’il y avait eu un problème de communication sur ce sujet, la FSU a donc demandé qu’une nouvelle communication soit faite en direction des enseignants.

Dans le second degré, la mise en place de la réforme des collèges n’est pas sans conséquences.
La charge lourde et inédite générée par les nouveaux programmes, la mise en place de nouveaux dispositifs (qui nécessitent bien souvent une concertation importante) sont trop souvent aggravée par des emplois du temps dégradés ou des compléments de services qui ont explosé.
Beaucoup de collègues sont désabusés, désemparés, surchargés de travail, et on peut parler pour eux à cette rentrée de souffrance au travail.
Au final, nombreux sont les personnels qui s’engagent à minima dans une réforme dont ils ne voient pas comment elle résoudra les difficultés auxquelles ils sont confrontés et les stages « réforme » qui continuent à avoir lieu sont encore loin de répondre à ces questions car les problèmes d’organisation n’y sont que trop peu abordés.

Si les chiffres qui ont été présentés par la DASEN indiquent une baisse des effectifs ,ils montrent également clairement une fuite inquiétante des élèves vers le privé.
Ce que les chiffres indiquent également c’est une augmentation importante des effectifs dans le nord du département avec par exemple près de 650 élèves au collège de Villeneuve la Guyard prévu pour en accueillir 500 et des classes en primaire avec par exemple 26 élèves à l’école Pierre Larousse à SENS, école pourtant en REP.

La FSU a interpellé les représentants Conseil Départemental pour les collèges, les maires pour les écoles concernées , le représentant du conseil régional pour les lycées afin qu’ils fassent le nécessaire et qu’ils agissent sans plus attendre pour rendre à tous ses élèves des conditions d’enseignements favorables à leur réussite scolaire.

Reste les résultats aux examens et l’Yonne se situe toujours en dernière position de l’académie dans pratiquement tous, mis à part le CFG.
Des écarts avec le reste de l’académie qui de surcroît ne se réduisent pas avec le temps.

Il serait hasardeux d’invoquer une cause unique pour expliquer ces résultats . Il s’agirait plutôt d’un faisceau de causes défavorables qui se cumulent.

La FSU réclame donc une politique volontariste, de la part des autorités académique et départementale afin d’inverser cette tendance.

C’est ce que portera la FSU89 à l’audience qu’elle a obtenue au rectorat le 7 décembre prochain .

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

'